Les entreprises entrent dans une ère nouvelle de décentralisation

Imprimer Twitter Facebook Delicious LinkedIn

Les entreprises entrent dans une ère nouvelle de décentralisation

Luxembourg, 16 février 2012 – Les nouvelles statistiques issues d'une étude réalisée avec le soutien de Ricoh révèlent qu'en 2020, l'impact des nouvelles technologies sur les environnements professionnels va contraindre les entreprises à adopter un nouveau modèle d'organisation du travail, qui sera décentralisé. Cette recherche, menée par l'Economist Intelligence Unit, montre que 63 % des chefs d'entreprise prévoient que leur modèle opérationnel va être de moins en moins centralisé et que les prises de décision reviendront davantage aux employés qu'aux conseils d'administration du siège de l'entreprise. 

« Cette nouvelle ère n'est pas celle des structures organisationnelles décentralisées. Par le passé, ce type d'organisation était en général mal vu, car on lui reprochait d'être inefficace, de créer des doublons et de nuire à la cohérence de la direction stratégique de l'entreprise », explique David Mills, Vice-Président exécutif, Opérations, Ricoh Europe.

« Nous pensons que les entreprises vont davantage s'orienter vers les processus pour assurer que les informations sensibles sont mieux centralisées et que les employés peuvent accéder aux données, les archiver et les retrouver. Ceci signifie que les prises de décision peuvent être moins hiérarchisées et que les employés, qui sont en contact direct avec les clients, peuvent prendre d'importantes décisions commerciales, sans devoir attendre.»

Il est essentiel d'encourager une collaboration plus étroite avec les clients car les chefs d'entreprise pensent qu'en 2020, les clients seront la principale source de nouvelles idées de produits ou services.  Par ailleurs, 86 % des dirigeants d'entreprise s'accordent sur le fait que les clients seront intégrés à la prise de décision en interne et que les équipes de projet incluront la plupart du temps des personnes extérieures à l'organisation, notamment des clients et des partenaires commerciaux.

Pour qu'une décentralisation soit réussie en 2020, deux conditions doivent être remplies : elle doit s'appuyer sur un réseau de processus intégrés permettant de gérer les informations, et elle doit garantir que ces informations sont accessibles par les travailleurs qui jouent un rôle clef dans l'utilisation des connaissances, où qu'ils soient, pour qu'ils puissent prendre des décisions. À l'avenir, il va aussi être nécessaire de réfléchir à la manière dont les experts extérieurs à l'organisation pourront apporter et récupérer des informations afin d'agir en son nom. 85,7 % des chefs d'entreprise estiment que les équipes de projet vont en général inclure des membres extérieurs à l'organisation (par exemple : des clients, des partenaires, des communautés). 

Les spécialistes des connaissances devront également pouvoir créer, archiver et récupérer les informations en toute sécurité. Une gouvernance centrale est essentielle pour protéger les données sensibles, qui sont l'un des atouts les plus précieux des entreprises. Néanmoins, une telle organisation va devenir difficile car 43 % de l'ensemble des processus documentaires critiques des entreprises européennes reposent sur des données conservées sur papier et que seuls 22 % des organisations disposent actuellement de flux de travail entièrement automatisés.1  

David Mills précise : « Dans cette nouvelle ère de décentralisation, il va être très important que les entreprises s'adaptent plus activement au monde numérique, en particulier parce que les employés vont devoir accéder aux informations sensibles, et que la plupart d'entre eux travailleront hors du site de l'entreprise.   

Si elles se font aider par les bons partenaires pour optimiser leurs processus critiques, elles pourront garantir que les informations seront mieux maîtrisées et qu'elles seront sécurisées. Les employés et les équipes de projet doivent également pouvoir y accéder afin d'agir dans l'intérêt de l'organisation. Cette approche permet de réduire les doublons, de garantir la cohérence et, surtout, d'obtenir une vision précise de l'ensemble des coûts que doit assumer l'entreprise. »


L'Economist Intelligence Unit a interrogé 567 chefs d'entreprise en septembre et en octobre 2011 sur la manière dont ils envisagent l'impact qu'auront à l'avenir les technologies sur les entreprises. Les personnes interrogées sont réparties partout dans le monde. 32 % d'entre elles sont basées en Europe, 29 % en Amérique du Nord et 28 % en Asie du Pacifique. Ils travaillent dans plus de 20 secteurs d'activité différents, parmi lesquels les plus représentés sont les services financiers, le secteur gouvernemental et public (y compris les soins de santé), l'éducation, les services aux professionnels, l'informatique et la technologie et la manufacture. 46 % d'entre eux occupent des postes de cadre et travaillent dans des organisations de différentes tailles. Le revenu annuel de 43 % d'entre eux est égal ou supérieur à 500 millions de dollars.

Le rapport est accessible via www.ricoh.be/fr/thoughtleadership.

1 Étude menée par Coleman Parkes Research - Indice Ricoh de l'efficacité des processus : http://thoughtleadership.ricoh-europe.com/lu

,

À propos de Ricoh Luxembourg PSF

Depuis sa création, Ricoh Luxembourg PSF a su évoluer avec le marché et les technologies. Ainsi, outre son métier de fournisseur de matériel bureautique, Ricoh Luxembourg PSF propose aujourd’hui à ses clients des solutions d’impression (office solutions), des services documentaires gérés (managed document services), du matériel pour l’impression de production (production printing) ainsi que la gestion de services informatiques (managed IT services). L’objectif de Ricoh Luxembourg PSF est d’assurer la gestion globale du flux documentaire et de l’infrastructure IT de ses clients, en s’appuyant sur la performance de ses choix technologiques, la pertinence de ses offres de services et la qualité de ses équipes. En fournissant à la fois des services, de la consultance, des logiciels et du matériel aux petites, moyennes et grandes entreprises, Ricoh Luxembourg PSF s’impose comme le « one-stop-shop » incontournable pour moderniser les espaces de travail, améliorer les processus documentaires, augmenter la performance et accroître la profitabilité. Pour de plus amples informations : www.ricoh.lu, tél. +352 33 58 88, courriel : info@ricoh.lu.

 
Contact Presse :

Pour plus d’informations ou une interview, contactez :
Sophie Lambert chez Blue Chilli
Tél : +32 (0) 477 91 45 72 - Courriel : sophie@bluechilli.be

Haut de page